Message de Noël de Martin Schwarz

Thursday, December 17, 2020

Message de Noël 2020

Chères amies, chers amis,

Dans quelques heures nous allons fêter Noël dans un temps de difficultés sociales, économiques, psychiques liées à la pandémie de la Covid 19-20-21 ….

On beaucoup parlé ce cette infection à dimensions planétaires, personne n’est épargné et personne ne saurait, aujourd’hui, émettre un avis rassurant et autorisé sur sa progression et sa finalité.

D’autres que moi, infiniment plus autorisés et savants, se sont prononcés sur ce sujet, sauf que je ne résiste pas à l’envie, de vous partager quelques lignes tirées de la récente Encyclique du Pape François « Fratelli tutti » quand il parle de ce qui inquiète le monde :

 « Quand je rédigeais cette lettre, a soudainement éclaté la pandémie de la Covid 19 qui a mis à nu nos fausses certitudes. Au-delà des diverses réponses qu’ont apportées les différents pays, l’incapacité d’agir ensemble a été dévoilée. Bien que les pays soient très connectés, on a observé une fragmentation ayant rendu plus difficile la résolution des problèmes qui nous touchent tous. Si quelqu’un croit qu’il ne s’agissait que d’assurer un meilleur fonctionnement de ce que nous faisions auparavant, ou que le seul message est que nous devrions améliorer les systèmes et les règles actuelles, celui-là est dans l’erreur ».

Incertitudes, incapacité d’agir ensemble malgré la sur-connectivité, nous sommes face à un échec, quelque chose qui nous dépasse et qui marque la fin d’une époque mais, malheureusement, pas le début d’une nouvelle.

Lutte ou cohabitation ? Nous sommes habitués à résister à tout ce qui vient nous contrarier mais aujourd’hui la situation nous déstabilise et les perspectives sombres prennent place dans notre quotidien. Mais ne serai-t-ce pas l’occasion d’être soudainement freinés, dépendants, fragilisés, réduits un peu à vivre au jour le jour dans le doute et l’absence de consignes claires, applicables à tout le monde ?

Il y a un peu plus de deux mille ans, un évènement est venu, lui aussi, bousculer les certitudes d’un monde en précarité et qui se croyait solide. Quelles que soient nos croyances ou nos absences de croyances, la naissance de cet enfant, fragile et vulnérable est venue bouleverser l’ordre des choses établies. Nous voici confrontés à notre faiblesse qui est aussi celle de l’enfant de Noël.

Douter que l’on puisse célébrer Noël dans les conditions actuelles, c’est oublier que la naissance  du Christ s’est faite dans le dénuement et l’incertitude. Et pourtant, je crois que, malgré tout, ce Noël sera un vrai Noël. Il ressemblera un peu au premier Noël, quand un bébé venait au monde dans le dénuement le plus complet, dans le froid et au milieu des bêtes. Et pourtant…quelle joie dans le Ciel et promesse sur la terre !

Nous le savons, il n’y aura pas les célébrations habituelles ni la frénésie joyeuse et commerciale. Il faudra renoncer à la convivialité des retrouvailles en famille ou entre amis, le plaisir des repas de fête à plusieurs. En cette fin d’année il sera difficile de nous demander de la vivre dans la joie au milieu de l’angoisse de l’incertitude. Le monde en sortira-t-il plus raisonnable, moins avide de consommation plus fraternel et paisible ?

Noël est la fête de la lumière par excellence et au 4e.Sièce on en a fixé la date au solstice d’hiver, quand la lumière renaît. Chez les Romains cette fête s’appelait « Sol invictus » soleil invaincu, la certitude que la ténèbres peut être changée en lumière.  La Ville d’Yverdon-les-Bains ne s’y est pas trompée, qui organise un festival de lumières en son centre, la Place Pestalozzi. Si vous n’avez pas encore goûté à cette féérie, faites un saut en ville.

Lumière et chaleur sont complémentaires, une modeste bougie peut tout changer et peut-être que dans beaucoup de foyers une simple bougie apportera un peu d’air de fête.

C’est aussi une des tâches du Rotary auquel nous appartenons, d’apporter dans des foyers défavorisés un peu de lumière et de chaleur, notre action de Noël avec toutes celles que nous avons portées cette année sont particulièrement importantes en ces temps difficiles pour beaucoup de nos concitoyens. C’est notre rôle d’être présents par de grands efforts ou de petits gestes. Tous sont précieux, chaque geste de partage est une bougie allumée !

Non, nous n’allons pas sauver Noël, en tout cas pas cette année. C’est Noël qui nous invite sur un chemin de joie malgré les difficultés et les obscurités. La naissance de Jésus est pour nous, chrétiens, l’assurance que Dieu est présent auprès de nous et de chaque être humain, en toutes circonstances. Il y a là une graine d’espérance et de reprise de confiance, un retournement de vision de nos réalités et d’un avenir où nous avons une part à jouer. Mais pas toute la part, sachons laisser une place à l’inattendu, aux surprises, bonnes ou mauvaises, qui enrichissent nos vies. Tout programmer c’est nous enfermer dans une boîte où l’air ne va pas tarder à manquer, est-ce mieux que la coronavirus ?

Alors, passez un bon temps de fêtes, décorez vos sapins, allumez vos bougies, partagez  avec vos plus proches et prenez bien soin de vous et des vôtres.

Soyez assurés de tous mes meilleurs vœux, surtout celui de pouvoir à nouveau se rencontrer en présentiel, dans les meilleurs délais. Que Dieu vous bénisse et bénisse le Rotary.

Bien à vous,  Martin